Les adolescents et jeunes adultes sont bien souvent en questionnement sur leur orientation sexuelle, sur eux-mêmes, en tant qu’êtres sexués et sexuels. Cette période de confusion est épuisante tant sur le plan psychique et émotionnel que physique.

D’après une nouvelle étude dans le Journal of Sex Research, le développement de l’orientation sexuelle et des préférences sexuelles se poursuivrait au-delà de l’adolescence, jusqu’au début de l’âge adulte. Les préférences sexuelles pourraient évoluer jusqu’au début de l’âge adulte, et non être déterminées dès l’adolescence, voire avant.

Menée auprès de plus de 12 000 étudiants interrogés via des sondages, l’étude révèle que des changements importants en termes d’attirance, de partenaires et d’identité sexuelle sont fréquents entre la fin de l’adolescence et le début de la vingtaine, mais aussi entre le début et la fin de la vingtaine. Ainsi, un hétérosexuel pourrait se découvrir bi ou homosexuel par la suite, ou ou le contraire, car l’orientation sexuelle évoluerait au fil du temps.

Qu’il s’agisse de clarifier ou bien d’accepter une orientation sexuelle, la pression peut être importante : elle est parfois interne ou externe, parfois les deux. Le regard posé sur soi, le regard posé par l’autre, empêchent trop souvent une véritable harmonie intérieure.

La personne peut vivre alors un sentiment puissant de différence et une forme de solitude insupportable. La question cruciale du « Qui suis-je ? » est au cœur de la problématique.

Dans cette quête identitaire souffrante, Annelise Yvars, Sexologue Clinicienne, Psychanalyste et Hypnothérapeute, propose un soutien psychologique pour ces personnes cherchant à mieux se connaître et à clarifier leur orientation sexuelle (homosexuelle ou hétérosexuelle).

Identité & Orientation sexuelle

Pour aller plus loin :

En lien et en partage avec le site on SEXplique ça, détaillons toutes les nuances des mots identité de genre, identité sexuelle, orientation sexuelle, transgenre, cisgenre, LGBTQIAP+ et on en passe !

Commençons par le début. Notre identité = qui on est. La façon dont on se perçoit peut être indépendante du sexe physique c’est à dire les organes génitaux que l’on possède. D’ailleurs, on entend souvent parler d’identité sexuelle et d’identité de genre. Les deux termes signifient pratiquement la même chose, mais on utilise plus fréquemment le terme “identité de genre” pour bien le distinguer du thème “orientation sexuelle”. Voici donc quelques définitions qui nous aide à comprendre qu’est-ce que l’identité de genre :

> Sexe : correspond au sexe biologique, donc lié aux organes génitaux à la naissance bien souvent.

> Genre : se percevoir comme homme, femme, garçon, fille, entre les deux ou complètement autre chose. Le genre est indépendant du sexe biologique.

> Rôle sociosexuel : construction sociale de la masculinité (un homme c’est comme ceci) et de la féminité (une femme c’est comme cela) et de l’ensemble des comportements attendus en conséquences (un homme agit de telle manière tandis qu’une femme d’une autre manière).

> Conformité de genre : définit le degré d’adhésion aux rôles sociosexuels et aux normes culturelles établies pour son sexe. Un grand mot pour évaluer si on agit ou pas selon les rôles sociosexuels préétablis.

> Expression de genre : reflète la façon dont on exprime son identité de genre (par ses cheveux, ses vêtements, sa manière de parler, sa manière de s’asseoir, etc).

> Cisgenre/cissexuel : personne dont l’identité de genre correspond à l’expression de genre et au sexe biologique. Par exemple, dans ma tête je me perçois comme une femme, mon sexe est celui d’une femme et mon apparence ainsi que ma façon d’être envoient le message aux autres que je suis une femme.

Souvent, on mélange « identité de genre » et « orientation sexuelle ». Il s’agit en fait de la différence entre qui on est et qui on aime (qui nous attire). Tout simplement.

Tout d’abord, l’orientation sexuelle, c’est quoi ?

On la définit comme une attirance émotionnelle, affective et sexuelle envers des individus du genre opposé, du même genre que soi ou de plusieurs genres. Il s’agit aussi d’un continuum, c’est-à-dire que notre orientation sexuelle peut être appelée à changer plusieurs fois au courant de notre existence.

Et la fameuse question de “biologique ou pas” ?

Jusqu’à maintenant, aucun argument validé scientifiquement ne permet de dire que l’homosexualité est liée exclusivement à des causes biologiques. La plupart des chercheurs sont d’accord par rapport au fait que l’orientation sexuelle est déterminée par un ensemble de facteurs (hormonaux, génétiques, cognitifs, environnementaux, etc). L’influence de chacun d’eux est variable d’un individu à un autre. C’est donc du cas-par-cas. Il est important de savoir que plusieurs orientations sexuelles existent et que leur définition dépend souvent de l’endroit où nous vivons.

Par exemple, au Québec, on utilise un acronyme spécial pour les orientations qui diffèrent de l’hétérosexualité : LGBTQIAP. Oui, c’est un très gros acronyme qui essaie d’englober la pluralité des préférences des humains…

Car malgré nos orientations qui diffèrent, nous demeurons des humains, avant tout.

Petit glossaire

> Homosexualité (Lesbienne et Gai)

L’homosexualité se traduit par l’attirance vers le même genre que soi.

> Bisexuel(le)

Il est question ici d’une attirance influencée par la personnalité de l’autre plutôt que son genre, on est donc autant intéressé par les hommes que par les femmes.

> Trans (signifie passage de l’autre côté ou à travers)

• Transgenre : l’identité de genre de cette personne ne correspond pas à son sexe d’assignation à la naissance. Cette personne peut aussi déjà avoir entamé un processus de changement d’identité sexuelle/de genre.

•  Transsexuel(le) : personne ayant complété et terminé une transition pour que son sexe biologique corresponde mieux à son identité de genre en tout temps.

> Queer ou Questionning

• Queer : réfère à une façon de penser, de concevoir les choses qui n’adhère pas aux aux étiquettes et surtout au mode binaire Homme-Femme. On se définit ici comme ayant une identité de genre et/ou une orientation sexuelle non conforme, c’est-à-dire qu’on souhaite rejeter les stéréotypes ainsi que les rôles sociosexuels préconçus. C’est une façon de contrer la catégorisation souvent automatique que notre société cultive.

• Questionning : personne qui se questionne sur son identité ou son orientation donc qui est en développement. La personne est consciente d’avoir une attirance et une identité sexuelle mais présente des difficultés à bien les saisir.

> Intersexe

Personne dont le sexe biologique ou à la naissance présente des caractéristiques qui ne sont pas juste masculines ou juste féminines. Cette définition correspond à ce que le corps médical appelait auparavant « hermaphrodite ». Être intersexe ne signifie pas pour autant devoir subir des modifications comme des opérations ou la prise d’hormones (Souvent aussi, les organes génitaux ne sont pas complètement développés dans un sexe ou dans l’autre).

> Asexuel(le)

Le préfixe « a » signifie « sans », ou « pas ». Personne qui ne ressent pas d’attirance sexuelle et qui n’a pas non plus de sexualité seule (qui ne pratique pas la masturbation donc).

> Pansexuel(le)

Le préfixe « pan » signifie « tout ». Une personne pansexuelle est donc attirée sexuellement ou émotionnellement par des personnes sans regarder leur genre et leur sexe ou se définissant autant comme trans, homme, femme, bisexuel, etc. Elle ne présente pas de préférences quelconques.

Annelise Yvars

Cabinet d’Hypnose de Psychanalyse et de Sexologie

33 Avenue de la Libération,

13120 Saint-Rémy-de-Provence

Tél. : 06 10 34 30 05

Annelise YVARS

Cabinet d’Hypnose de Psychanalyse et de Sexologie

33 Avenue de la Libération,
13120 Saint-Rémy-de-Provence